L'apnée, mécanisme de survie?

Aller en bas

L'apnée, mécanisme de survie?

Message par Pousse Verte le Sam 10 Fév - 21:47

Bonjour
Muriel Salmona publiait récemment sur facebook Claude Ponti qui explique qu'il vivait en apnée, petit, le bruit de l'air entrant dans ses narines lui rappelant de manière traumatisante le bruit de halètements de son bourreau. Moi je vivais et vis encore en apnée, je pense parce que j'avais peur que le bruit de ma respiration ne révèle ma présence, et couvre un bruit qui m'aurait indiqué un danger approchant. Y a-t-il certains d'entre vous qui vivent également cette expérience?
Je cherche également l'origine de mes angoisses sur le bruit des grognements du hérisson. J'en ai hébergé un en perdition il y 1 an, et ses grognements m'ont mis dans un état d'angoisse la nuit, avec un sentiment d'intrusion, de monstruosité...... , tandis que le jour il redevenait une gentille boule toute mignonne... J'ai remarqué qu'un bébé faisait parfois le même bruit en respirant en écoutant une petite voisine... Mais aucun souvenir ne m'est revenu davantage.... Est-ce une table qui grinçait? Mon agresseur avait-il une respiration saccadée accompagnée de grognements? Je cherche des éléments pour m'aider à sortir de l'amnésie.....

Pousse Verte

Messages : 15
Date d'inscription : 10/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par jjj le Jeu 22 Fév - 17:52

Bonjour Pousse Verte,
Ton sujet m'a questionnée de suite: moi aussi je me mets régulièrement en apnée, depuis petite. Je me souviens que vers mes 10 ans je me cachais dans un coin, en respirant très très doucement, jusqu'à ce que quelqu'un-e rentre à la maison. C'est, je pense, exactement pour les mêmes raisons que toi: qu'on ne m'entende surtout pas, et que je puisse, tous sens en alerte, entendre le moindre bruit dangereux. J'avais notamment peur des fantômes à l'époque, ou qu'un homme entre par la fenêtre (j'étais au 5e étage;)
C'est angoissant parfois (encore aujourd'hui) parce que j'ai l'impression que je ne sais pas respirer "spontanément". Que si je n'y pense pas, je ne respire pas... Et donc la peur de mourir, et la difficulté de m'endormir!
Je n'ai pas de souvenir clair non plus, mais pour moi, c'est vraiment dans l'idée de me faire la plus petite possible pour ne pas qu'on me voie, qu'on m'entende...

jjj

Messages : 11
Date d'inscription : 06/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par Pousse Verte le Jeu 22 Fév - 19:55

Bonjour JJJ, Moi j'avais peur qu'un cambrioleur se cache dans le couloir le soir et me chloroforme, alors pour traverser le couloir jusqu'à ma chambre, je me mettais en apnée, je savais qu'il fallait si "un cambrioleur" m'agressait, faire semblant de tomber dans les pommes, et au moment où il relâchait son étreinte, m'échapper. La nuit, je me mettais encore plus en apnée et parfois je "tendais des pièges aux cambrioleurs" : je dormais les pieds à la place de la tête, et parfois roulais ma couverture de manière à donner une forme sur l'oreiller, pour avoir le temps de réagir si "un cambrioleur" me chloroformais sur mon oreiller. Moi j'étais au 1 er étage, et j'avais peur que des malfaiteurs me visent depuis l'extérieur avec des pistolets et fusils, quand je rentrais le soir dans ma chambre, alors je rentrais sans allumer la lumière, et même pour qu'on ne voit pas les contours de ma silhouette depuis l'extérieur, je rampais au sol, jusqu'à ce que j'atteigne la manivelle, que je tournais assise pour qu'on ne me tire pas dessus depuis l'extérieur.
Moi aussi j'ai peur de m'endormir, de mourir dans mon sommeil, et effectivement, plein de fois je me suis réveillée en suffoquant, je pense que j'étais passée un peu trop en apnée.
Depuis petite, impossible de dessiner, peindre, ;..... sans me mettre en apnée, alors que je dessine bien, j'ai abandonné, ça ne m'a jamais détendu, bien au contraire, comme si j'étais en vigilance totale. Comme toi, il faut que je me dise "au fait, respire", la respiration n'est pas spontanée.
C'est ça, vigilance pour que le bruit de ma respiration ne me cache pas des bruits dangereux, et apnée pour que personne ne me remarque : j'ai toujours trouvé qu'on faisait beaucoup trop de bruit en respirant.

Pousse Verte

Messages : 15
Date d'inscription : 10/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par jjj le Ven 23 Fév - 15:05

Merci pour ton témoignage! Ca m'a glacée... Puis je me suis rendue compte que je vivais la même chose que toi (en tous cas exactement le même genre). Je me rend moins compte quand ça m'arrive à moi... Ca devient le quotidien "banal" d'une enfant, puis d'une ado, qui devient adulte... Te lire me permet de prendre encore un peu plus conscience, et donc d'avancer. Merci.

Je me rends compte que ça fait plusieurs semaines que je n'ai pas ressenti ces moments d'angoisse dû à la respiration au coucher (Ca n'empêche que j'ai un sommeil bien compliqué, malheureusement) Mais je fais un travail sur le corps, et on n'arrête pas de me dire que mon diaphragme est complètement tendu, crispé, bloqué... Et ça fait 2 ans qu'il ne lâche pas d'un poil! Maintenant, c'est plus des douleurs aigües dans la poitrine que j'ai... Je suis fatiguée d'avoir toujours de nouveaux symptômes...

Je me demandais si toi aussi, c'est insupportable tout ce qui touche au souffle ou à la respiration: la sophro, le yoga, la méditation... ? Moi, ça me rend malade, littéralement. Je fais le rapprochement entre les deux mais...

Et je pense aussi à un autre truc: quand on est sidéré par quelque chose, on dit qu'on a le souffle coupé, non? N'est ce pas aussi la sidération qui nous bloque le souffle? Comme si il y avait un truc physique, en plus du contrôle que l'on se met soi-même pour ne pas être entendu-e-s et entendre

jjj

Messages : 11
Date d'inscription : 06/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par Pousse Verte le Ven 23 Fév - 17:00

Je suis désolée de t'avoir glacée, je fais très attention car moi-même je ne lis pas tous les commentaires, ça m'angoisserait trop. Je ne peux pas regarder par exemple les videos de témoignage de Séverine, je les partage sans les visionner avant... juste une phrase d'elle il y a 4 mois, m'a terrorisée, et je pense commencé à faire remonter un autre souvenir, mais qui comme les autres n'aboutit jamais.... Crying or Very sad Comme tu dis... moi-même je ne me rends pas compte, pour moi c'était des peurs normales, c'est mon médecin osteo ma principale thérapeute qui m'a dit que c'est des peurs quand même assez "anormales"... Laughing Moi aussi survoler la lecture des autres m'aide, jusqu'à ce que ce soit trop, je fais une pause....
Moi aussi la psy qui me dit yoga etc, je n'y arrive que dans mon lit... j'ai le diaphragmme bien bloqué, normal, c'est le centre des émotions. Si ça peut t'aider, si tu peux avoir la possibilité de faire des siestes tranquilles chez toi en sécurité, moi je récupère en plein jour : je dors mieux à la sieste parce qu'il fait jour, et cette détente a un impact sur mon sommeil nocturne ensuite : moins j'arrive crispé à l'heure du coucher, mieux je dors... Je m'entoure de peaux de moutons, qui me servent de carapace, je dors avec un sweat et des chaussettes (depuis cet été ça va mieux, j'arrive enfin à dormir juste en pyj!!!) et j'ai des chats dans mon lit... Tout ça me sert de carapace protectrice, qui me permet de relâcher un peu plus en confiance ma carapace du diaphragme et du sternum la nuit.. J'ai dépassé une période de 2 ans où je n'arrivais pas à me dévêtir l'été, toujours avec pantalon et manteau, l'été dernier ça allait mieux... Depuis la période de Noel, mon corps n'arrive plus à se tendre pour se défendre "au cas où", j'apprends petit à petit à vivre plus relâchée... mais ça se fait sur des années... et en contre-partie, je ressens de nouveau des angoisses et je suis incapable de reprendre la petite activité professionnelle sur le marché que je m'étais fixée... C'est une balance à trouver.... Lâcher un peu, accepter que des choses sortent, puis reprendre le contrôle... Enfin moi c'est comme ça que je fonctionne...
Moi aussi les symptômes changent sans arrêt, mais avec mon osteo, j'ai compris que c'est formidable : on a un corps qui parle!!!! Il évacue par des douleurs physiques (j'en ai aussi de multiple : me toucher simplement la peau me fait mal, et des bleus), je prends ça comme une sauvegarde de mon psychisme : ça passe par le corps : pour moi c'est pas qu'on "somatise" = on renferme les choses, au contraire, c'est que ça sort douloureusement de notre corps. Perso, je préfère ça que les moments où j'avais l'impression que mon cerveau grillait, et je disais à mon corps "je t'en supplie, prends le relais!!" Et puis vaut mieux que ça sorte par des douleurs qu'une maladie plus grave comme cancer ou tumeur.... T'es pas la seule, j'ai une amie à l'asso qui a ces différentes douleurs aussi... : sternum, plexus, bas ventre.... Moi depuis 2 mois c'est mon oreille gauche qui recommence à travailler : me réveille la nuit, difficile de manger tellement j'ai mal.. impossible de bailler entièrement... Pareil, je me suis habituée.... au point que mardi dernier mon osteo me dit "T'as le radius et cubitus gauche complètement bloqués. Interdiction de t'en servir, immobilisation.. T'as fait ça comment?" Comment dire que au milieu de toutes les douleurs que j'ai, aucune idée!!! Laughing me suis rendue compte de rien!!!
Ouais.... quand je respire, je me sens toute nue... ça me détend trop... après, je ne sais plus où sont les limites de mon corps, j'ai l'impression de me dissoudre dans l'air environnant. Mon osteo a eu du mal à comprendre. Surtout tu m'arrêtes si je dis des choses trop violentes.
Oui, "le souffle coupé", tu réfléchis comme moi : je pense que "c'est la colère qui me sort par les oreilles"!!! Je pense que les anciens étaient bien plus proches de leur corps que nous, quand ils ont inventé toutes ces expressions...
J'ai trouvé cette émission sur facebook hier soir, sur la sidération et dissociation. ça montre le mécanisme (reins, accélération du coeur....) , donc je pense que le souffle coupé joue aussi... je ne la regarde pas à nouveau, il y a des mots que je ne peux lire ni entendre. Ne te force pas si ça ne te fait pas du bien : https://www.facebook.com/france5/videos/10155840593064597/?fref=mentions&pnref=story

Un traitement qui m'a beaucoup aidé à libérer mon diaphragme : des injections sous cutanées homéopathiques de tabaccum. Il existe aussi en granules. Le tabaccum permet de détendre, mais tout en s'ancrant davantage dans son corps. Bon, on va pas jouer au médecin sur ce forum, c'est dangereux, c'est juste des pistes à parler avec son médecin.... (Puis en injection, faut se mettre en dissociation pour supporter de se (faire) piquer... Laughing )

Pousse Verte

Messages : 15
Date d'inscription : 10/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par Pousse Verte le Sam 24 Fév - 4:31

JJJ, moi c'est la sensation nette que je me réveille la nuit pour vérifier que je suis toujours en vie. Je suis quasi toujours réveillée de 3h à 5h. Et c'est là que j'ai l'activité intellectuelle la plus intense. C'est super fatigant.
Pour cette question de diaphragme contracté, je pense que j'ai dépassé l'étape. Je l'ai ressenti après t'avoir répondu, et un rêve vient de me le confirmer, si je ne me trompe pas dans mon analyse.
Je crois que le diaphragme hyper-contracté, est un mécanisme de survie : il nous coupe en deux : la partie basse du tronc et les jambes, et la partie haute du tronc avec la tête. ça ne circule plus entre ces deux parties de notre corps. Et ça nous permet de ne pas relier nos émotions entre notre tête, nos pensées, et l'autre partie des besoins naturels comme manger, dormir, et la sexualité. Quand ça commence à circuler entre les deux parties du corps, ça devient flippant : moi je sens par exemple les frissons d'un éternuement, maintenant, parcourir les jambes et arriver jusqu'aux pieds... Mais du coup c'est pareil pour les angoisses : elles naviguent maintenant librement depuis le plexus jusqu'à la tête, et elles ne sont plus stopper par la barrière du diaphragme. Et je les sens s'échapper par le sommet du crâne. Ben ça fait super peur! Faut le temps d'apprivoiser ces nouvelles sensations, avant de ne plus les craindre. En fait, c'est ça, là je n'arrive plus à contracter mon corps ni mon diaphragme pour stopper les angoisses et les contenir bloquées dans le diaphragme par la contraction.
Je me souviens que plus les douleurs musculaires, au niveau du sternum, diaphragme, plexus, sont devenues fortes dans le sens contractées à un maximum, il y a eu un moment où ça ne pouvait plus se contracter davantage... et ça a relâché... (il y a... 7ans?...) Mais après je repasse par des périodes de recontraction : c'est comme si j'étais cyclique : contraction ,contraction contraction, et hop, ça relâche, et je franchis une nouvelle étape (en passant apr angoisses, dûes au relâchement, qui sortent... ça, malheureusement, je crois qu'on ne peut pas y échapper...) Mais petit à petit la forme de contraction je me suis rendue compte, était moins forte... Et maintenant, les périodes de contractions ne sont plus que des fantômes de mon mécanisme de survie par rapport à ce que c'était avant...
En fait, ce qui me fait avancer, c'est quand la contraction est à un point ben que je ne peux me contracter davantage. Alors ça relâche et ça sort. Mais c'est quand c'est prêt à sortir! Peut être que si tu perçois de plus en plus la contraction de ton diaphragme, c'est que tu vas bientôt franchir une étape, mais le bientôt, ça peut être dans 6 mois ou 2 ans... ça dépend comment on est accompagné thérapeutiquement...
Il y a qqs exercices aussi qui m'ont aidée du coup : mais si tu es prête, à son rythme : contracter, décontracter, contracter, décontracter.. le diaphragme, en position plutôt assise, comme si tu faisais des abdos musculation, avec... mais tout doucement, pour ne pas te faire peur... et le muscle, après avoir bien travaillé, de contraction, se décontractera... un peu... juste un peu... en se laissant le temps d'en reprendre possession et d'en apprivoiser les nouvelles sensations, et de vérifier à petits pas, si ce que tu lâches en même temps psychologiquement, n'est pas trop rapide pour toi...
Je pense que c'est comme ça que ça se passe pour moi... Mais ça sert à rien qu'on se brusque et de s'impatienter (malheureusement) c'est notre survie, et il faut qu'on laisse notre corps aller au rythme de notre psychisme... (d'où j'ai arrêté l'acupuncture, parce que la thérapeute ne voulait pas entendre qu'elle allait trop vite pour moi et me laissait trop longtemps les aiguilles : elle cherchait à ce que mon corps atteigne le seuil d'équilibre "normal" du soin, mais qui n'était pas en accord (je ne trouve pas le mot : en respect, équilibre..) avec le mécanisme de survie que j'avais besoin de garder en place en ce moment là pour mon psychisme. ça m'a fait pareil aussi au début avec mon osteo : elle me disait "Tu t'es mise en mode de survie", elle me faisait tout recirculer, et en rentrant chez moi, j'étais mal de cette nouvelle circulation et je protestais en lui disant "Ben oui mais si vous m'enlevez mon mode de survie, ben je ne survis plus!!!"
Bon, je suis longue, je ne sais pas si ça peut t'aider... au moins à savoir que visiblement on est plusieurs avec les mêmes ressentis et mécanismes de survie...

Pousse Verte

Messages : 15
Date d'inscription : 10/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par jjj le Sam 3 Mar - 14:58

Coucou Pousse Verte,
pas de souci, je suis là en connaissance de cause Wink
et j'ai tendance à vouloir me confronter pour avancer... Même si j'entre dans une nouvelle phase où l'impatience va devoir faire place au repos, à l'arrêt de la confrontation, etc: je n'ai plus d'énergie, beaucoup trop de fatigue, je suis à bout, j'ai tout donné. Je commence les médocs, là, pour m'aider à souffler un peu.
La nuit, c'est le moment aussi où j'ai un cerveau qui tourne à fond, mon corps qui est au taquet (je me réveille apeurée, en sursaut, dès qu'il y a un bruit inhabituel), et je me réveille entre chaque cycle de sommeil, comme pour vérifier que tout va bien.

Pour le diaphragme, tout ce que tu dis me parle. Et au sujet de la patience... Je suis tellement fatiguée! Je voudrais que ça sorte une bonne fois pour toutes, mais je sens que ça ne se passe pas du tout comme ça... Je tenais le coup pour aller me confronter, essayer de me souvenir par tous les moyens, parce que je m'imaginais qu'une fois le truc "sorti", je vivrais enfin, bien. Aujourd'hui, je commence à me rendre compte qu'avec toute la bonne volonté, toutes mes forces canalisées là dessus, ce n'est pas comme ça que ça marche. Et je suis épuisée. Et je ne me sens pas de vivre en gérant ces angoisses, ces peurs, ces douleurs, ces difficultés... C'est ça le plus difficile pour moi. Voir ma vie passer sans pouvoir vraiment la vivre, et devoir prendre le temps que ça avance. C'est horrible! Pareil que toi, je ne travaille pas vraiment, j'ai du mal à m'engager dans des choses... Je ne me sens pas fiable: en fonction de la nuit que j'ai passé, des choses qui sont remontées, il y a des choses que je ne peux pas porter.

Au niveau thérapeutique, qu'est ce qui t'a fait/te fait du bien à toi?
C'est la catastrophe pour trouver des thérapeutes à l'écoute et bienveillant-e-s, et surtout formé-e-s au stress post traumatique, je trouve. Même dans les groupes de parole pour femmes victimes de violences sexuelles, j'hallucine!

jjj

Messages : 11
Date d'inscription : 06/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par Pouce Verte le Sam 3 Mar - 18:35

Coucou JJJ,
ça fait 1h30 que j'essaie de réinitialiser mon mot de passe, je n'arrivais plus à me connecter pour participer aux conversations! Je pétais un cable!!! Je me suis recréée un nouveau compte... Sad
Exactement comme toi ! Moi aussi je passe de périodes à me confronter pour avancer à des périodes où faut me reposer. Je regarde des photos pour essayer me souvenir... Depuis environ 10 jours je suis sur de gros flash-backs sur un lapin !!! Laughing Mais ça ne sort pas, je ne me souviens pas... je sais où, je sais avec qui, et je me doute quoi... alors les angoisses m'épuisent, et c'est mon corps qui prend : je n'ai plus aucun souffle pour parler, je recommence à murmurer... je n'ai pas réussi à parler avec la psy mardi, on a dû raccourcir l'entretien tellement j'étais sur le bord de tomber dans les pommes de fatigue... Et comme je me force à être sur un projet de slam-témoignage que je voudrais partager le plus rapidement possible, je prends sur mon corps... conclusion : la nuit pendant 3h mon cerveau réfléchit aux paroles. Ça y est là j'en suis à l'enregistrement, et maintenant c'est torticolis multiples depuis lundi matin, et depuis 3 jours, chaque mouvements m'arrachent des cris de souffrance... je crois que j'en suis à l'insupportable de souffrance. Mais tant que j'aurais pas publié et partagé ce slam, je ne serai pas non plus en répit. Mais c'est horrible de faire son témoignage à l'oral, c'est hyper angoissant. ça fait encore plus prendre conscience, si on veut mettre le ton.
Et ce lapin qui sort pas !!!! Rolling Eyes En même temps pas envie de me rappeler !!!
La patience, je disais ça pour.... dire quelque chose.... la seule chose à laquelle je me raccroche pour ne pas jeter l'éponge, c'est de me dire « contente d'être sortie de mon moule familial et éducatif » et d'avoir fait de nouvelles rencontres dont je suis heureuse dans le sens où j'ai une liberté de réflexion et je ne suis (suivre) plus le moule communautaire aveuglément. Au moins, j'ai cette liberté... de savoir maintenant pourquoi je ne suis pas bien... Je préfère en être là qu'à la place de mes frères toujours dans le moule familial. Moi au moins, ça c'est fini.
Moi aussi je vois passer ma vie, et c'est une blessure quand des vieux qui ne savent pas que je ne suis pas bien et ne travaille pas me disent « T'es jeune, profite de la vie.. » Envie de leur hurler « Ah ouais !? je sais pas pourquoi y a des c. qui me l'ont piquée dès ma naissance ma vie !!! » On n'est pas dans un pays en guerre sous les bombardements, mais on n'a pas une meilleure vie !
Moi aussi on me dit que faire sortir les souvenirs me libérera... ben... que dalle... je sais pas... Si on relis les articles de Salmona, il faut revisiter les émotions (ce que me dit aussi la psy) du moment où l'on est restés emprisonnés, et les déminer avec des démineurs spécialisés...
En thérapie, ce qui m'a le plus aidé, c'est l'étiothérapie, pendant 14 ans. Sauf que visiblement, l'étiothérapeute considérait que je n'avais pas besoin de tout savoir donc de tout me dire en conscience. Du coup, y a des choses que je n'ai pas comprises, comme ce qui m'est arrivé il y a 6 ans, mais pour lui, c'est bon, du point de vue de l'étiothérapie c'est soigné!! Rolling Eyes Rolling Eyes Ça m'a trahi, je me suis sentie trahie et j'ai arrêté. Et en plus, je viens de me rendre compte que l'étiothérapie n'atteignait pas la partie de l'amnésie traumatique tant que tu n'y étais pas prêt, car mon étiothérapeute m'a toujours dit que mon père était incestuel et non incestueux, que lorsque mon osteopathe énergéticienne actuelle (ma meilleure thérapeute actuellement sur les émotions et le corps) m'a parlé d'inceste pour mon père il y a 2 ans je lui ai dit désemparée que « non, normalement non !!! » même si ma tête me disait que les images vagues que je voyais « étaient vraies » Et que y a 2 mois, ben oui c'est sorti...
Mais c'est la galère pour trouver un thérapeute qui sache faire.... Crying or Very sad
Mais au vu de tout ce qui sort de nouveau sans arrêt, j'ai l'impression que je n'en verrai jamais le fond!!! Au lieu de me souvenir de ce que je commence à percevoir, je perçois de nouvelles choses!!! Mais je me sens tellement encore gamine dans ma tête, j'ai pas envie de grandir... le plus dur pour moi c'est de me dire, c'est de plus en plus trop tard pour avoir des enfants...
Moi je ne travaille plus du tout... et je m'énerve devant ces entraves... alors j'essaie d'aider aux assos et de participer aux actions dont j'ai l'idée pour faire avancer... Je me suis lancée un petit stand d'objets peints mains sur le marché, j'ai tenu 4 dimanches matin de suite, avant Noël, jusqu'à ce que mon corps crie et pleure tellement il n'en pouvait plus... Crying or Very sad Je voudrais créer une association pour personnes qui ne peuvent plus travailler, victimes etc...
J'avais deux questions pour toi :
as-tu aussi cette sensation d'avoir les muqueuses nasales gonflées qui t'empêchent de pouvoir inspirer suffisamment de quantité d'air ?
Et as-tu des périodes où après chaque repas, quand tu t'es bien remplie l'estomac, tu éternues bruyamment de manière irrépressible ?

Pouce Verte

Messages : 14
Date d'inscription : 03/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par Pouce Verte le Sam 3 Mar - 23:30

JJJ, j'ai remarqué aussi que je n'arrive pas à boire dans le noir, je suffoque. Et quand je suis enrhumée, c'est l'angoisse totale de mourir suffoquer. As-tu ces symptômes là, également?
Moi aussi j'ai eu ma période de réveils en sursaut, à un meuble qui craquait, des cauchemars d'explosions, de missiles et en me réveillant en sursaut, il y avait juste un avion qui passait... ou des ombres penchées sur moi ou des mains qui me réveillaient en sursaut... des impossibilités à m'endormir allongée, ça m'a repris il y a 3 jours, je restais recroquevillée assise pour dormir... et quand je dors allongée, j'ai les mains recroquevillées sur ma poitrine pour me protéger. ça me réveille tellement elles sont ankylosées. ça m'est même arrivé 2-3 fois d'hurler dans mon lit parce que ma jambe avait touché mon autre jambe!

Pouce Verte

Messages : 14
Date d'inscription : 03/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par jjj le Dim 11 Mar - 21:30

Tout mon message s'est effacé!

jjj

Messages : 11
Date d'inscription : 06/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par Pouce Verte le Dim 11 Mar - 21:32

Zut pourquoi!!!????

Pouce Verte

Messages : 14
Date d'inscription : 03/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par jjj le Dim 11 Mar - 21:42

Oh! Je l'ai réécrit une 2e fois et republié, et il n'apparait toujours pas!

jjj

Messages : 11
Date d'inscription : 06/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par jjj le Dim 11 Mar - 21:43

Je réécrirai ça une prochaine fois, pouce verte, il est tard et il faut que je me change les idées avant d'aller me coucher! Bonne nuit

jjj

Messages : 11
Date d'inscription : 06/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par Pouce Verte le Dim 11 Mar - 22:17

Oui je comprends JJJ.. c'est trop énervant quand ça arrive ce genre de choses!!!!! Moi c'est quand je ne pouvais plus me connecter sous Pousse Verte et que j'ai du recréer un compte Pouce Verte, j'étais en désarroi total! Moi aussi dodo. Bonne nuit!

Pouce Verte

Messages : 14
Date d'inscription : 03/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'apnée, mécanisme de survie?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum